découvrir l'empire achéménide actualités
ACHEMENET
site fondé par Pierre Briant
L'empire perse achéménide
du Bosphore à l'Indus
de 550 à 330 avant notre ère
 rechercher
 
Publications
Musée achéménide et ressources iconographiques
Sources textuelles
 
 
 
 mon espace
Vous n'êtes pas identifié
J'ai mon espace
 

Veuillez saisir vos identifiants pour accéder à votre espace.

J'ai oublié mon mot de passe
 

Votre mot de passe va vous être envoyé.
Veuillez indiquer votre email.

Je n'ai pas d'espace
 

Veuillez indiquer votre email et saisir un mot de passe d'au moins 6 caractères pour créer votre espace.

Traitement en cours...
 
Changer mon mot de passe
 

Veuillez indiquer votre mot de passe actuel et saisir un nouveau mot de passe d'au moins 6 caractères.

Changer mon email
 

Veuillez indiquer votre mot de passe actuel et saisir un nouvel email valide.

retourner aux dossiers
 
 
 
 
x

Créer mon espace

En créant votre espace vous pouvez mémoriser les fiches de manière permanente et les rappeler d'une session l'autre.

  • Cliquez sur l'onglet "Je n'ai pas d'espace".
  • Saisissez votre adresse mail et un mot de passe d'au moins 6 caractères.
  • Cliquez sur le bouton "créer".
  • Une demande de confirmation vous sera envoyée par mail. Vous devrez cliquer sur le lien interne afficher dans ce mail pour activer votre espace.

Modifier mes identifiants

Vous devez auparavant être connecté à votre espace.

  • Cliquez sur votre email qui apparaît en haut à gauche du panneau "mon espace".
  • Pour changer votre mot de passe cliquez sur l'onglet "Changer mon mot de passe".
  • Pour changer votre adresse mail cliquez sur l'onglet "Changer mon email".

Créer un dossier

Vous pouvez classer vos fiches dans des dossiers. Pour Créer un dossier :

  • Cliquer sur ce bouton pour créer un nouveau dossier.
  • Saisissez un nom de dossier.
  • Cliquez sur le bouton "ok" pour créer le dossier.
  • Cliquez sur le bouton "-" ou "x" pour abandonner la procédure.

Renommer un dossier

  • Cliquer sur ce bouton pour éditer le nom du dossier.
  • Saisissez un nouveau nom.
  • Cliquez sur le bouton "ok" pour enregistrer la modification.
  • Cliquez sur le bouton "-" pour abandonner la procédure.

Supprimer un dossier

Cette action supprime toutes les fiches mémorisées dans le dossier.

  • Cliquer sur ce bouton pour supprimer le dossier.
  • Cliquez sur le bouton "-" pour abandonner la procédure.
  • Cliquez sur le bouton "x" pour supprimer la procédure.

Mémoriser une fiche

Depuis la fiche :

  • Cliquer sur ce bouton situé en haut à droite de la fiche.
  • Dans la liste déroulante qui apparaît à côté du bouton, sélectionnez le dossier dans lequel vous souhaitez enregistrer la fiche .
  • Le message "document enregistré" apparaît en remplacement de la liste pour vous confirmer que l'action a été effectuée.

Déplacer une fiche

Depuis mon espace :

  • Ouvrez le dossier où se trouve la fiche à déplacer en cliquant sur le nom du dossier.
  • Cliquez sur la petite flèche en haut à droite du contenu du dossier.
  • Dans la liste qui se déroule, cliquez sur le dossier de destination.

Supprimer une fiche

Depuis mon espace :

  • Ouvrez le dossier où se trouve la fiche à supprimer en cliquant sur le nom du dossier.
  • Cliquez sur la petite flèche en haut à droite du contenu du dossier.
  • Dans la liste qui se déroule, cliquez sur "supprimer ce document".
 
sites archéologiques > Berel' > problèmes historiques

Berel' : problèmes historiques

À plus de 2 000 km de la Bactriane et de la Sogdiane, il est remarquable de retrouver si nets les emprunts à l'art perse achéménide. Ceci est d'autant plus étonnant que la date de Berel' est postérieure de quelques décennies à la chute de l'empire. Une telle familiarité, dans une région où le lion est absent de la faune, et où domine largement l'image du griffon-rapace dans toutes les tombes, pose de manière exemplaire la question de l'adoption des thèmes et motifs achéménides par les Scythes de l'Altaï. Certes, leur valeur ornementale et esthétique est incontestable, dans l'Altaï comme sur les murs des palais et dans l'orfèvrerie noble de l'empire perse, où l'art, même héroïque et narratif, reste figuratif. Mais il n'en demeure pas moins vrai que, pour les princes de l'Altaï, ces thèmes et motifs ont été l'objet d'un choix délibéré parmi un répertoire iconographique perse beaucoup plus vaste, que ces thèmes ont été ensuite été intégrés dans un univers artistique particulier possédant ses lois propres, iconographiques et stylistiques, et qu'enfin ils sont passés de la fonction de thèmes d'art aulique à celle d'ornements pour chevaux déguisés symboliquement en montures sauvages et psychopompes. Le meilleur exemple en est un ornement de tête de Pazyryk 1, où le cheval, au lieu d'être déguisé en cerf ou en bouquetin, comme ses congénères, est transformé par un lion cornu et ailé, des joues au sommet du crâne. Cette transmission suppose d'abord des routes que nous pouvons tracer, par la Bactriane et la Chorasmie par exemple, mais aussi des mécanismes sociaux touchant les élites nomades. Ainsi à Issyk, près d'Almaty au Kazakhstan, la riche sépulture intacte, dite "de l'homme d'or", offre un excel-lent jalon, car on y a trouvé de l'argenterie achéménide à côté d'orfèvrerie scythe, parfois inspirée par la Sibérie. Dans l'Altaï, seules les tombes princières présentent des rapports avec la Perse. Parmi les dizaines de tombes plus modestes fouillées depuis des années, les ornements corporels et les harnachements sont tous de type local, et la panthère (ou léopard des neiges), le loup et l'ubiquiste griffon-rapace y sont les prédateurs principaux, qui trouvent leurs modèles dans la faune de la région. Naturellement, on peut songer à des échanges de dons, mais aussi des prises faites à l'occasion de voyages, de raids ou de participation à des campagnes militaires au sein de l'empire.

ROLE DES ARISTOCRATIES

C'est pourquoi il est possible d'envisager que les aristocrates scythes de l'Altaï, par qui passait le flux des contacts avec l'empire perse, ont pu par exemple assimiler un monstre moyen-oriental comme le lion cornu, non pas comme une incarnation du mal, mais comme un nouveau prédateur venant s'ajouter au fonds local, un équivalent du griffon-rapace, du tigre, du loup, de l'ours, du léopard ou même du vieux dragon issu des stèles de l'âge du bronze de la culture d'Okunevo. Nous sommes donc loin des duels héroïques et des chasses royales aux fauves de l'art aulique de la Perse. Chez les Scythes, la chasse que l'on représente est seulement celle du vrai gibier, jusqu'au lièvre, et le prédateur, lui aussi, est un chasseur. Nous pouvons donc peut-être considérer que le prédateur n'est plus ici l'ennemi à combattre comme dans le monde dualiste perse. Dans les cultures centrasiatiques de type chamanique, mieux comprises aujourd'hui, le monde surnaturel est omniprésent, et le prédateur, quelle que soit sa forme, fait partie d'un univers continu où les échanges cycliques entre nature et monde surnaturel, entre vie et mort, sont permanents. D'un autre côté, l'appropriation des griffons et lions cornus par l'aristocratie achéménide dans l'art mobilier, la vaisselle ou la bijouterie, y compris en Bactriane, procède d'une autre démarche, qui semble plus distanciée, faisant appel à d'autres supports, répondant à d'autres fonctions sociales. Les féroces prédateurs plaqués sur les chevaux ou tatoués sur les corps des hommes de l'Altaï, même si leur aspect est en partie perse, ne sont pas un simple décalque barbare des modèles des arts achéménides, ni monumentaux, ni mobiliers. Les codes artistiques et sociaux qui règlent l'ordonnancement des parures de l'Altaï sont puissants et font régner leurs propres lois, celles du monde des arts dits "premiers", sur les emprunts faits hardiment à la Perse.

Henri-Paul Francfort (CNRS)
 
Félin
Clou représentant un griffon
plan du site